moi

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Balustrade de Guilaine Depis - Page 2

  • Minuscule note bi(blio)graphique de Stéphane Piletta-Zanin

    stephaneP.jpgMinuscule note bi(blio)graphique

    Piletta-Zanin  (SPZ comme on l’appelle volontiers) apparaît au monde en 1957, le 1er avril précisément.

     Beaucoup, dans la vaste confrérie des gens de Justice, déplorèrent immédiatement date et événement. Quant au reste du monde, bon nombre  célèbrent encore ou révèrent le jour par un déferlement d’humour.

    Vers ses vingt ans il fonde avec d’autres une revue littéraire : YMER. Aussitôt parue, aussitôt disparue. Le groupe explose en effet, l’idée tout aussi bien, comme il en est souvent des projets que l’on fait à ses vingt ans. Cependant, la revue serait toujours activement recherchée par des collectionneurs avertis. A moins qu’ils ne fussent mus par une addiction  en quelque sorte aux cartons de bouquinistes. Cela existe : SPZ en sait quelque chose ; un procès a été formé par un groupe de copropriétaires contre l’un de ces afficionados, mais ce au motif paraît-il avéré que les poutres de l’appartement en cause ployaient et commençaient à céder sous le poids des ouvrages accumulés. Comme quoi la passion de la lecture peut être dangereuse !

     

    Lire la suite

  • "Attendre encore" de Pierre Ménat : un roman à la hauteur de son ambition

    Capture d’écran 2017-10-30 à 18.31.49.pngParution : 24 novembre 2017

    Attendre encore

    « À part quelques secousses, notre vie est largement consacrée à une activité si courante que nous ne la reconnaissons même plus. Attendre est notre lot, quel que soit notre âge, notre condition, notre pays. En mangeant, en dormant, en travaillant, en aimant, nous attendons. En vivant, nous nous préparons à l’heure inéluctable de la mort.»

    C’est par ces lignes que débute un roman dont le leitmotiv est l’attente, le lot commun des hommes sur terre.

    Magda, jeune journaliste roumaine associée à un secret d’État, croise la route de Luigi, ambassadeur luxembourgeois instrumentalisé, qui, pour se recentrer, conte à un collègue des moments-clés de son itinéraire. Voilà les ingrédients d’un imbroglio sentimental et politique.

    Entre diplomatie, finances, psychologie et spiritualité, la ré exion sur l’attente croît et s’étend au fil des pages. Ce virus s’insinue sournoisement dans tous les versants de l’existence : le travail, l’amour, les voyages, l’argent. Et lorsque les attentes respectives sont déçues ou se fracassent, il faut arbitrer et parfois tout gâcher.

     

    Lire la suite

  • CHACUN CHERCHE SON FILM, un nouveau site internet consacré au cinéma indépendant

    Capture d’écran 2017-10-30 à 17.36.06.pngCommuniqué officiel

    « Chacun Cherche Son Film », un nouveau site internet consacré au cinéma indépendant, voit le jour.

    Le créateur : Laurent SCHÉRER

             Un lancement officiel qui approche à grands pas :

    Si la version béta de Chacun cherche son film est en ligne depuis le 20 décembre 2016, elle a traversé bien des soucis techniques. Fin 2017, la version définitive devrait voir le jour lors d’une soirée de lancement dans un cinéma parisien.

    Nous vous y attendons nombreux.

    Attachée de presse : guilaine_depis@yahoo.com / 06 84 36 31 85

    Mail : accueil@chacuncherchesonfilm.fr

    Web : http://www.chacuncherchesonfilm.fr/

    Facebook : https://www.facebook.com/chacuncherchesonfilm.fr/

    Twitter : @Cherche_Film

    Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC3f3SFZpASTOnVY8rkCjeRg

    Lire la suite

  • "Séoul, visages d’une ville", un journal-vidéo de Gina Kim (éditions l'Atelier des Cahiers)

    couv Gina Kim.pngLe journal-vidéo d’une cinéaste coréenne dans Séoul - un essai magistral sur l’art, la ville et la mémoire.

    Gina Kim est une vidéaste, cinéaste et enseignante coréenne installée aux États-Unis. Les cinq longs métrages de Gina Kim ont été sélectionnés dans plus de 80 prestigieux festivals et événements cinématographiques partout dans le monde, y compris Berlin, Venise, Sundance, Locarno, San Sebastian et Rotterdam, et ses œuvres d’art vidéo ont été projetées dans diverses institutions artistiques telles que le Centre Pompidou, le MOMA, le Smithsonian et le Lincoln Center. Elle est actuellement professeur adjoint à l’université de Californie à Los Angeles.

    Lire la suite

  • Stéphane Piletta-Zanin, écrivain chez Xenia

    stephaneP.jpgNé en 1957, Stéphane Piletta-Zanin se lance dès 1976 dans des études de lettres en même temps que de droit. Sur le plan juridique, il aura été ces dernières années sur le devant de la scène et du droit international humanitaire, avocat chef de Mission pour La Défense, notamment pour la CPI. Il a été choisi pour défendre dans le cadre du procès dit de la "bataille de Sarajevo", ce qui a conduit à l'élaboration d'un premier roman. Mais avec "Le temps s'écoule à Barde-Lons", c'est surtout un hommage à la littérature, fantasque en particulier, à quoi l'on assiste.

  • ROMAN "Le temps s'écoule à Barde-Lons" de Stéphane Piletta-Zanin

    couv piletta.jpgParution le 22 novembre 2017

    Avec cet ouvrage, nous voici plongés dans un monde à la fois fantastique et surréaliste. Comme dans "Un balcon en forêt, des buses y lancent leurs cris lancinants et ténébreux...

    Barde-Lons, c'est un village sans réelles frontières, ni dans le temps ni dans l'espace. Ce pourrait être un bourg médiéval de Bourgogne, ou plus vraisemblablement de quelque part dans la vallée d'un fleuve, avec cependant des coteaux couverts de vignes.

    Dans la mémoire locale se croisent les souvenirs d'une ancienne ambassade qu'envoyèrent les Byzantins, à la recherche d'or, d'un cimetière dévasté par une coulée de boue. Traces aussi des vieilles guerres de religion. Mais cela sera résolu par le penchant pour l'alcool que se découvrent le curé du bas et le pasteur du haut. Il est vrai qu'il s'agissait de trouver moyen de divulguer les confidences du confessionnal sans violer le secret de la confession. Et l'histoire d'un écrivain qui deviendra célèbre pour n'avoir jamais rien publié.

    Le roman oscille ainsi entre allitérations littérales et jeux d'écritures pour n'avancer, avec des personnages qui feront alliance avec le narrateur, que de clins d'oeil textuels en soumissions littéraires. Mais tout cela se veut surtout un hommage à la littérature elle-même, en premier lieu à Gabo. A commencer par les eaux diaphanes de la Bardale, cette rivière en dessous de Barde-Lons, mais qui roule dans son lit des galets ronds comme des oeufs de dinosaures...