moi

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RENTREE LITTERAIRE, PREMIER ROMAN : "Prince de Galles" de Raphaël PASSERIN (parution 22 août 2018)

pub passerin.pngRentrée littéraire septembre 2018

PREMIER ROMAN

Les éditions Valeurs d’Avenir ont le plaisir de vous annoncer la parution le 22 août 2018 de :

Prince de Galles,

le premier roman de Raphaël PASSERIN

            256 pages * 17 € * Numéro ISBN 979-10-92673-20-3

Contact presse : Guilaine Depis

guilaine_depis@yahoo.com 06 84 36 31 85

Pourquoi lire ce premier roman ?

- Mêlant adroitement la petite histoire à la grande, ce roman voyageur explore les problématiques socio-culturelles de notre temps (déracinement, adoption, filiation…) en espérant convaincre le lecteur qu’un déficit identitaire ne sera jamais plus grave qu’un manque d’imagination.

- L’auteur mène une réflexion profonde mais amusée sur la mémoire du corps et ce que le langage dit de nous.

- Une enquête de reconstitution d’une histoire familiale hors du commun.

- Véritable ode au lâcher prise, car s'il entend percer le mystère de ses origines, le traducteur fantasque Samuel Papernick devra prendre autant de liberté dans sa vie que dans ses traductions.

L’histoire :Samuel Papernick mène une vie confortable en traduisant des romans sentimentaux de mauvaise qualité qu’il transforme en succès. À la suite d’un accident, la langue anglaise est effacée de sa mémoire si bien que, privé de sa raison d’être, le traducteur amnésique n’a d’autre choix que de se réinventer. Commence alors un parcours initiatique fait de rencontres et de voyages qui le guideront jusqu’au bout du monde et de lui-même.

     Prince de Galles entraîne le lecteur au rythme des péripéties nombreuses que vit le héros dans ses recherches.

Les dialogues savoureux aux accents rabelaisiens, le lexique précis et varié renforcent la qualité de cet ouvrage.

Raphael_Passerin.jpgL’auteur /la genèse du roman :Raphaël Passerin naît à Bordeaux en 1978 puis grandit dans l'ouest parisien. Épris de culture britannique, il étudie l’anglais à la Sorbonne, vit une année à Londres puis une autre dans l’arrière-pays gallois. Au début des années 2000 il fonde Lovely Rita, groupe de reprises des Beatles avec lequel il écume les salles jusqu’à plus soif. Après plus de cent cinquante concerts, il se tourne naturellement vers la composition : le single Six O’Clock restera le titre marquant du groupe, cumulant plus de 150 000 vues en quelques mois.

Une déception amoureuse le mène jusqu’au Temple de l’Oratoire, place forte du protestantisme libéral. Trois années durant, il délaisse toute littérature pour se consacrer exclusivement à l’étude de la Bible. Envisageant un temps la carrière pastorale, il suit les cours de l’Institut Protestant de Théologie et multiplie les retraites. 

Du reste, c’est lors d’un séjour prolongé à Lourdes qu’il entame la rédaction de Prince de Galles. De jour, le huguenot se fait passer pour catholique et guide, accompagne, baigne les pèlerins ; de nuit, il noircit les pages de son premier roman.

L'idée fondatrice du récit lui vient de cette rupture, avec une néerlandaise, dont il avait appris le dialecte par amour et qui devint, au terme de leur relation, une langue morte pour lui. Que faire de ce bagage linguistique qui l'encombre ? Pour espérer l'oublier elle, encore faudrait-il oublier ses mots. Et parce que cette "réinitialisation" de la mémoire est impossible, il l'imagine pour son personnage, Samuel Papernick, traducteur orphelin dont l'amnésie linguistique permettra la reconstruction.

 

 

Les commentaires sont fermés.